4 départements de recherche
750 employés
45 nationalités
55 équipes de recherche
16 lauréats ERC
260 publications par an
24000 m² de laboratoires

Soutenez-nous via

Fondation universite de Strasbourg

Un nouveau mécanisme de réparation de l'ADN dévoilé

Une nouvelle interaction entre le complexe TREX-2 (contenant la sous-unité GANP) et le complexe TREX-2 le module de désubiquitination (DUB) du complexe de co-activateurs SAGA a été découvert qui est nécessaire pour maintenir les niveaux d'histone H2B monoubiquitine (Ub) sur la chromatine nécessaires à une réparation efficace de l'ADN par recombinaison homologue.

27 juillet 2018

La réparation de l'ADN est un ensemble de processus qui permettent d’identifier et de corriger des dommages aux molécules d’ADN : elle est essentielle au maintien de l'intégrité de notre génome. Son dysfonctionnement peut entraîner la mort de la cellule touchée, mais aussi être responsables de maladies comme le cancer. Dans cette étude, l’équipe de Laszlo Tora en collaboration avec l’équipe d’Evi Soutoglou, toutes deux à l’IGBMC (CNRS/Inserm/université de Strasbourg), ont mis en évidence une relation antagoniste entre le complexe TREX-2 et un module du complexe SAGA. Les chercheurs ont montré que cet équilibre est nécessaire pour une réparation efficace de l'ADN humain par recombinaison homologue. Ces résultats sont publiés le 27 juillet 2018 dans la revue Journal of Cell Biology.

 

En savoir plus

Envoyer

Des défauts de transcription liés au facteur XPC mis en cause dans la maladie des enfants de la lune

Dans les cellules sauvages, l’interaction du facteur de réparation à l‘ADN XPC avec le facteur de transcription E2F1 permet le recrutement du complexe ATAC. Cette succession d’évènements entraîne l’acétylation de l’histone H3 et la transcription des gènes. Dans les cellules de patients, en l’absence du facteur XPC, le complexe ATAC n’est plus fonctionnel et les gènes ne sont pas exprimés

4 juillet 2018

Les enfants de la lune ne peuvent être exposés au soleil en raison de leur déficience dans des protéines de la réparation de l’ADN dont XPC, le facteur qui reconnaît les lésions dues aux rayons ultraviolets. Cette défaillance ne suffit pourtant pas à expliquer l’ensemble des symptômes observés. Dans cette étude, les chercheurs de l’équipe de Frédéric Coin, dont Nicolas Le May, (CNRS / Inserm / Université de Strasbourg) ont montré que le facteur XPC était également impliqué dans un mécanisme fondamental de l’expression des gènes, la transcription. Ces résultats sont publiés le 4 juillet 2018 dans la revue Nature Communications.

 

En savoir plus

Envoyer

Identification d’un nouveau point de contrôle indispensable au bon fonctionnement de la cellule

Illustration : schéma de la corrélation négative entre la taille des cellules et la durée de la phase G1

16 août 2018

La coordination de la croissance et de la division des cellules est essentielle à leur fonctionnement. Chez la levure du boulanger, le mécanisme par lequel l’homogénéité de la taille des cellules est établie et maintenue tout au long du cycle cellulaire est encore largement méconnu. Dans cette étude, l’équipe de Gilles Charvin à l’IGBMC (CNRS/Inserm/Université de Strasbourg) a identifié un nouveau point de contrôle de la taille des cellules au cours du cycle cellulaire. Ces résultats sont publiées le 9 Août 2018 dans la revue eLife.

En savoir plus

Envoyer

Rapport d'activité 2017

11 juillet 2018

Découvrez la première édition du rapport d’activité de l'IGBMC, un nouveau rendez-vous annuel qui permettra à chacun de suivre de manière synthétique les grandes lignes de nos recherches et de notre évolution !

 

Rapport d'activité 2017

En savoir plus

Envoyer

La bonne entente entre des cellules sanguines de différentes origines est cruciale pour un système immunitaire efficace

Glande lymphatique de drosophile marquée avec des anticorps ciblant les marqueurs hémocytaires Dot (magenta) et Srp (blanc). La GFP (vert) indique les cellules ayant exprimé Dot pendant leurs développements. Les noyaux des cellules sont marqués avec le DAPI (bleu). Crédits : Pierre Cattenoz, Claude Delaporte et Angela Giangrande.

16 juillet 2018

Chez la mouche du vinaigre comme chez l’homme, les cellules du sang sont produites par des vagues successives durant le développement. Les chercheurs de l’équipe d’Angela Giangrande à l’IGBMC (CNRS / Inserm / Université de Strasbourg) ont constaté que l’interaction entre ces deux vagues est cruciale pour assurer une réponse immunitaire efficace. Une découverte importante sachant qu’une activité excessive du système immunitaire peut entraîner des maladies comme le cancer. Ces résultats sont publié le 11 juillet dans la revue eLife.

En savoir plus

Envoyer

2017, une année avec le CNRS en Alsace

13 septembre 2018

Retrouvez les travaux des chercheurs de l'IGBMC dans la brochure du CNRS

En savoir plus

Imprimer Envoyer
Université de Strasbourg
INSERM
CNRS

IGBMC - CNRS UMR 7104 - Inserm U 1258
1 rue Laurent Fries / BP 10142 / 67404 Illkirch CEDEX / France Tél +33 (0)3 88 65 32 00 / Fax +33 (0)3 88 65 32 01 / directeur.igbmc@igbmc.fr