4 départements de recherche
750 employés
45 nationalités
55 équipes de recherche
16 lauréats ERC
260 publications par an
24000 m² de laboratoires

Soutenez-nous via

Fondation universite de Strasbourg

photo

Chef d'équipe

Angela GIANGRANDE
angela.giangrande@igbmc.fr
Tel. : +33 (0)3 88 65 33 81

Les chiffres

50 équipes de recherche
126 chercheurs
79 post-doctorants
124 doctorants
185 ingénieurs & techniciens
10 masters
113 administratifs & services généraux 110 personnels ICS

Accès direct

Recrutement

H3k9as, Une Signature Épigénetique Contrôlant Le Développement Neural

Reference : PhD Student

Publication de l'offre : 21 mars 2017

Les différents types cellulaires constituant notre organisme sont caractérisés par des programmes transcriptionnels et épigénétiques spécifiques qui permettent aux cellules de fonctionner correctement. Quel est le rôle précis des signatures épigénétiques cellule-spécifique n’est toujours pas bien compris.
Nous avons montré que, chez la drosophile, les cellules gliales et neuronales présentent une différence significative dans les niveaux d’acétylation de la lysine présente sur l’histone 3 en position 9 (H3K9ac) ainsi que dans ceux de CBP, une acétyltransferase agissant entr’autre sur cette lysine. En effet, les neurones présentent des niveaux bien plus élevés que la glie et une surexpression de CBP dans la glie porte à des défauts dans la gliogénèse.

 


Les questions qui se posent sont multiples d’un point de vue développemental et fonctionnel, surtout en considération du fait que des différences importantes dans les niveaux d’acétylation d’histones sont observées également chez les mammifères et des défauts dans ce processus sont associés à des pathologies
humaines. Est-ce que CBP est responsable des différents niveaux d’H3K9ac entre les neurones et la glie de la drosophile? Est-ce que la différence est générale ou concerne des familles de gènes fonctionnellement reliés? Si oui, lesquels ? Aussi, est-ce que les niveaux d’acétylation dépendent des interactions entre les neurones et la glie? Et enfin, les niveaux de H3K9ac sont différents entre neurones et glie mais pas ceux des marques strictement liées à la transcription. La question se pose de savoir si les différences d’H3K9Ac observées entre neurones et glie reflet les niveaux d’expression ou plus en général l’état transcriptionnel.

 


Nous allons approcher cela d’un point de vue génomique par des ChIPseq et par des essais transcriptomiques sur les cellules gliales et neuronales de la drosophile. Ceci sera réalisé grâce à des animaux transgéniques permettant la purification des cellules neuronales et gliales par FACS. Des analyses
bioinformatiques et fonctionnelles suivront, utilisant des approches génétiques et moléculaires de pointe, afin de comprendre l’importance de cette signature épigénétique dans le système nerveux.

 


Compétences

 

Génétique, biologie moléculaire

 


Expertises

 

Bioinformatique, genetique et biologie de la drosophile, épigénétique, neurobiologie, biologie cellulaire

Votre candidature

Date limite de candidature : 1 novembre 2017

Imprimer Envoyer

Université de Strasbourg
INSERM
CNRS

IGBMC - CNRS UMR 7104 - Inserm U 964
1 rue Laurent Fries / BP 10142 / 67404 Illkirch CEDEX / France Tél +33 (0)3 88 65 32 00 / Fax +33 (0)3 88 65 32 01 / directeur.igbmc@igbmc.fr