4 départements de recherche
750 employés
45 nationalités
55 équipes de recherche
16 lauréats ERC
260 publications par an
24000 m² de laboratoires

Soutenez-nous via

Fondation universite de Strasbourg

Service Communication

Tél. +33(0) 3 88 65 35 47

Accès direct

Science & société

Les chiffres 2017

12 prix et distinctions
3 rendez-vous grand public
26 actualités scientifiques majeures

Actualités scientifiques

Un nouveau mécanisme de réparation de l'ADN dévoilé

Une nouvelle interaction entre le complexe TREX-2 (contenant la sous-unité GANP) et le complexe TREX-2 le module de désubiquitination (DUB) du complexe de co-activateurs SAGA a été découvert qui est nécessaire pour maintenir les niveaux d'histone H2B monoubiquitine (Ub) sur la chromatine nécessaires à une réparation efficace de l'ADN par recombinaison homologue.

Transcription and mRNA export machineries SAGA and TREX-2 maintain monoubiquitinated H2B balance required for DNA repair.

Evangelista FM(1)(2)(3)(4), Maglott-Roth A(1)(2)(3)(4), Stierle M(1)(2)(3)(4), Brino L(1)(2)(3)(4), Soutoglou E(5)(2)(3)(4), Tora L(6)(2)(3)(4).

J Cell Biol 27 juillet 2018


27 juillet 2018

La réparation de l'ADN est un ensemble de processus qui permettent d’identifier et de corriger des dommages aux molécules d’ADN : elle est essentielle au maintien de l'intégrité de notre génome. Son dysfonctionnement peut entraîner la mort de la cellule touchée, mais aussi être responsables de maladies comme le cancer. Dans cette étude, l’équipe de Laszlo Tora en collaboration avec l’équipe d’Evi Soutoglou, toutes deux à l’IGBMC (CNRS/Inserm/université de Strasbourg), ont mis en évidence une relation antagoniste entre le complexe TREX-2 et un module du complexe SAGA. Les chercheurs ont montré que cet équilibre est nécessaire pour une réparation efficace de l'ADN humain par recombinaison homologue. Ces résultats sont publiés le 27 juillet 2018 dans la revue Journal of Cell Biology.

Notre patrimoine génétique est constamment menacé par des attaques d’origine environnementale qui endommagent l’ADN tels que des rayonnements ionisants ou des produits chimiques. L'événement le plus grave pour une cellule est l'apparition d'une cassure double brin d'un de ses chromosomes. Une telle cassure nécessite d’être impérativement réparée. Soit la réparation s'effectue de manière optimale et la cellule reprend son cycle normal de division, soit la cassure n'est pas réparée correctement et elle va provoquer l'apparition d'anomalies chromosomiques pouvant entraîner de nombreuses maladies, notamment le cancer.

 

La cellule dispose heureusement de plusieurs mécanismes permettant d’identifier les dommages de l’ADN et de les réparer. L’une des voies principales est la recombinaison homologue qui utilise un brin de chromosome comme modèle pour restituer de manière fidèle l'information génétique sur le site et à proximité de la rupture d’un second brin. Cette réparation nécessite un remodelage des chromosomes, processus dans lequel sont impliqués des complexes déposant ou enlevant des modifications des histones, les principaux constituants protéiques de ces structures cellulaires. L’ubiquitination et la déubiquitination des histones font partie de ces modifications dites post-traductionnelles.

 

Dans cette étude, les chercheurs ont montré que suite à des dommages à l’ADN, il est nécessaire de maintenir un équilibre entre l'ubiquitination et la déubiquitination de l'histone H2B, et que cet équilibre est important pour assurer la réparation fidèle de l'ADN par recombinaison homologue.

 

Les chercheurs ont découvert que cet équilibre est maintenu par les actions antagonistes du TREX-2 et de SAGA, deux complexes cellulaires impliqués dans l’expression des gènes. La perturbation de l'intégrité de l'un ou l'autre complexe induit un déséquilibre avec une conséquente défaillance dans la réparation de l'ADN.

 

Cette étude surligne l'importance de l'activité interconnectée de ces deux complexes afin de réparer correctement l'ADN et pour assurer la survie des cellules.

 

Cette étude a été financée par le Conseil européen de recherche (ERC) et l’ANR.

Imprimer Envoyer

Université de Strasbourg
INSERM
CNRS

IGBMC - CNRS UMR 7104 - Inserm U 1258
1 rue Laurent Fries / BP 10142 / 67404 Illkirch CEDEX / France Tél +33 (0)3 88 65 32 00 / Fax +33 (0)3 88 65 32 01 / directeur.igbmc@igbmc.fr